Les véhicules, en fin de vie ou accidentés, sont recyclables à 85 % dont 95 % sont valorisables. Une aubaine pour les consommateurs qui voient là un double intérêt économique et environnemental. Pour autant, ils contiennent des substances dangereuses et polluantes, le processus de recyclage est donc complexe. Seuls les professionnels agréés, démolisseurs et recycleurs, sont habilités à leur démontage. Cette écoconception ou méthode de conception de produits à partir de pièces d’occasion prend en compte les effets négatifs potentiels pour l’environnement et la conservation de leurs performances.

Une indispensable dépollution

Lorsqu’une automobile arrive sur le site de recyclage, plusieurs points sont étudiés : la facilité du démontage des pièces en bon état, les matériaux valorisables ou non et la facilité de mise en sécurité du véhicule à recycler, c’est-à-dire la capacité à le débarrasser de ses substances nocives (carburant, huiles, fluides de refroidissement…). Ses substances sont isolées et transformées en biogaz par combustion.

L’atelier de désassemblage

L’étape du démontage des pièces réutilisables peut alors commencer. Les matériaux sont triés en fonction de leur nature : plastique, verre, métaux ferreux lesquels représentent 75 % de la masse du véhicule.
Les pièces correspondant à la demande du marché sont évaluées en fonction de leur état et démontées avec précaution par un spécialiste du recyclage de pièces auto de toutes marques, aguerri à ces techniques.

La valorisation des matières premières

Les pièces réutilisables sont conservées pour le même usage. Elles sont revendues moins chères sur le marché de l’occasion. Un bon recycleur prendra soin d’en assurer la traçabilité, essentielle pour garantir sa qualité et sa facilité de montage. L’origine de la pièce, le type de véhicule dont elle est issue, le kilométrage, la nature du choc sont autant d’informations précieuses. Elles permettent en effet d’établir un lien entre le réemploi et la référence de la pièce neuve du constructeur.

Une bonne gestion des stocks informatisée permet ensuite leur commercialisation.

Le reste est transformé pour être introduit dans le cycle de production en remplacement d’une matière vierge. Le cuivre ou l’aluminium par exemple sont des matériaux fortement valorisés par la filière industrielle, le caoutchouc des pneus usagés également.

Tout ce qui est inutilisable est broyé.

Le recyclage des pièces procède donc de méthodes très attentives. Il est évident que les pièces relatives à la sécurité, telles les freins ou les disques, ne peuvent provenir de véhicules anciens ou accidentés. Il vaut mieux les acquérir neufs.

About the author

Je m'appelle Ricky and je suis auteur de runruckus.com-)) J'ai commencé ce blog parce que rester en bonne santé tout en voyageant dans le monde peut être difficile. C' est mon espoir que créer ce platforme qui vous permet de comprendre l'interaction entre le Voyage et la santé et vous permet de partager vos idées avec vos compagnons de voyage. Je vous remercie de visiter mon blog ! Hésitez pas à parler de mon blog à vos amis et votre famille parce que le Voyage en bonne santé est la seule façon d'y aller

Related Post

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *